AlcoWeb
Agrandir Rétrécir
Taille du texte

Comment arrêter l'alcool pour de bon ?

Comment entreprendre son sevrage ?

  • Abstinence totale (on ne boit plus du tout). C’est difficile mais cela compensera largement les bénéfices d’une vie sans alcool.
  • Reconstruction d’une vie satisfaisante : c’est l’étape la plus longue et la plus difficile
  • Maintien du suivi médical : toujours garder une aide à proximité permettant de surmonter ses envies d’alcool.
  • Suivi du traitement médicamenteux mis en place par le médecin. Ce traitement aura pour but de réduire les risques de rechute.
  • Apprendre à vivre sans alcool : arrêter de boire ne fait pas tout. Il faut aussi modifier ses habitudes et son mode de fonctionnement.
  • Apprendre à dire non aux sollicitations à consommer de l’alcool. Certaines situations sont propices à la prise d’alcool. Il faut apprendre à ne pas céder.

 

Maîtriser son envie d’alcool

Il faut agir sur son discours intérieur lorsque l’envie de boire se présente. Il est plus judicieux de porter son attention sur les aspects positifs de l’abstinence et sur les progrès faits que de se concentrer sur la nostalgie de l’époque où l’on buvait.

  • S’opposer directement à l’envie de boire car le risque de rechute est bien réel en cas de consommation
  • Passer mentalement en revue les avantages de ne pas boire : meilleure santé ou performances intellectuelles, relations plus saines, meilleure estime de soi
  • Passer en revue les expériences pénibles avec l’alcool : se remémorer un mauvais souvenir avec l’alcool. Il faut s’entraîner à l’avance à faire revenir ce souvenir pénible pour le jour où l’on en aura besoin (envie de boire)

 

L’envie de reboire

Lorsque l’envie de boire se représente, on peut :

  • Changer d’occupation pour oublier
  • Se donner un délai avant lequel on ne boira pas : se laisser réfléchir 15 minutes au moins avant de prendre la décision de boire à nouveau
  • Téléphoner à un ami et discuter de ses difficultés

Une envie de boire ne dure souvent que quelques minutes ! C’est pourquoi il est important de se ménager un « délai d’attente ». En résistant quelques instants, l'envie d'alcool disparaît souvent rapidement.

 

Les critiques

Chez l’alcoolique abstinent, les critiques reçues peuvent entraîner des réactions de sentiments d’injustice, de la colère, de l’agressivité. Ces émotions augmentent le risque de reboire.

L’ancien alcoolodépendant doit faire face à deux types de critiques de la part de son entourage :

  • Des reproches par rapport à la période où la consommation d’alcool posait des problèmes
  • Des soupçons dus à une perte de confiance suite à la période d’alcoolisation ou de ré-alcoolisation

 

Il est important de répondre à ces critiques de manière appropriée pour apaiser le conflit. Pour cela, il est important de :

  • Ne pas contre-attaquer pour ne pas envenimer le conflit
  • Demander une clarification de la critique
  • Accepter que l’on n’obtienne pas encore la confiance de son interlocuteur
  • Exprimer son sentiment par rapport à la critique : « ce que tu dis me fais du mal »

 

Professionnels de santé, cet espace vous est réservé...

Demande d'inscription 

Oubli mot de passe