AlcoWeb
Agrandir Rétrécir
Taille du texte

Troubles associés à la dépendance à l'Alcool

Le plus souvent, les troubles anxio-dépressifs sont secondaires à une alcoolisation. C'est-à-dire qu’ils apparaissent suite à l’alcoolisation, et non pas avant elle.

 

La dépression

Un syndrome dépressif est souvent associé à la dépendance alcoolique (prévalence sur un an : 15 %). Cette dépression est le plus souvent secondaire à la dépendance alcoolique. L’alcool ingéré de manière chronique est un très mauvais antidépresseur, et va au contraire la favoriser.

Il est nécessaire d'obtenir un sevrage avant tout traitement antidépresseur. Ceci est vrai que la dépression soit primaire (ayant précédé la dépendance) ou non.

Les interactions négatives de l'alcool et des antidépresseurs freinent l’amélioration de l'humeur. Une période minimale de deux à trois semaines de sevrage est souvent nécessaire avant tout traitement antidépresseur. 

Dans 80 à 85 % des cas, la symptomatologie dépressive s'atténue puis disparaît spontanément après 2 à 3 semaines d'abstinence.

Chez l'alcoolique, le meilleur antidépresseur est l'abstinence

 

L'anxiété

Comme la dépression, l'anxiété est le plus souvent secondaire à l'alcoolisme.
Un malade alcoolique va fréquemment consommer des anxiolytiques, pouvant eux-aussi entraîner un risque de dépendance. Cela ne va pas guérir les troubles anxieux car l’alcool a des propriétés anxiogènes (favorisation de l’anxiété).
Ce phénomène va créer un cercle vicieux où l’augmentation de la consommation d’alcool va être reliée à la quantité d’anxiolytiques consommés.

Chez l’alcoolique, le meilleur anxiolytique est l’abstinence

 

Recommandations

Quelques recommandations lors du sevrage alcoolique :

  • Soignez-vous ! L’arrêt de l'alcool peut rendre nerveux, tendu, insomniaque, et provoquer des sueurs et des tremblements. Vomissements et diarrhées peuvent survenir. Ces symptômes peuvent être sévères, notamment lors des trois premiers jours. Votre médecin vous prescrira alors des médicaments permettant de les atténuer. 
  • Buvez beaucoup d'eau ! Vous avez accepté de ne plus boire d'alcool. En cas de soif vous devez boire de l'eau ou des jus de fruit à la quantité de 3 à 4 litres par jour. Ne pas boire plus de trois tasses de café ou de 5 tasses de thé par jour pour limiter l’apport de caféine pouvant perturber le sommeil et rendre nerveux. 
  • Eviter le stress ! L'important est de ne pas céder à la survenue soudaine d'une envie d'alcool. Si le besoin d’alcool est ressenti, parlez à un ami ou à un thérapeute, relaxez-vous, partez pour une promenade, écoutez de la musique, prenez un bain... 
  • Dormez ! Les cycles de sommeil seront perturbés au début du sevrage. Un manque de sommeil sera toujours moins néfaste qu’une réalcoolisation ! Le sommeil reviendra progressivement à la normale en quelques semaines. Mangez quelque chose en vous couchant ou buvez du lait. 
  • Mangez ! Même si vous n'avez pas faim, adoptez une alimentation équilibrée aux heures régulières des repas. Votre appétit reviendra.

 

 

Retour vers les différentes prises en charge Continuer vers les types de prise en charge

Professionnels de santé, cet espace vous est réservé...

Demande d'inscription 

Oubli mot de passe